About SFP (admin)

http://www.sofrphilo.fr

http://www.sofrphilo.fr

Spinoza et Descartes : sur la seconde partie des Principia philosophiæ cartesianæ (par Frédéric de Buzon, répondant : André Charrak)

Conférence du 16 octobre 2021

« Spinoza et Descartes : sur la seconde partie des Principia philosophiæ cartesianæ  »

par Frédéric de Buzon, professeur émérite, Université de Strasbourg
Répondant : André Charrak (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La rédaction du premier traité publié par Spinoza, et le seul qu’il ait donné sous son nom, avait initialement pour objet de présenter les résultats de la partie de physique générale des Principia philosophiæ de Descartes en leur donnant une forme géométrique, suivant le modèle euclidien. Dans cette forme que Descartes n’avait pas cru devoir retenir, Spinoza expose les thèses cartésiennes en en modifiant l’ordre, en supprimant certains éléments et en en ajoutant d’autres. Sur les points importants, le propos ne soutient pas de thèses très différentes des propositions originales. Mais, par exemple, tout l’ensemble des propositions qui fait suite à l’énoncé des règles du choc est profondément remanié.

Parmi les passages ajoutés ou fortement remaniés figure le long scolie de la proposition 6, qui vaut transition entre les propositions portant sur l’essence de la matière et celles qui concernent la théorie du mouvement. Ce scolie comporte une réfutation totalement inédite de thèses prêtées, sans doute un peu abusivement, à Zénon d’Elée contre la réalité du mouvement. La portée de cette réfutation, tout à fait absente du texte de Descartes, est pourtant elle-même problématique. S’agit-il de prouver (démonstrativement et non ostensivement) la réalité du mouvement ? Ou bien d’affirmer ce qui est le moyen terme de cette réfutation : la continuité du temps ? Et, dans ce cas comme dans l’autre, Spinoza se servirait-il de cet argument pour réfuter la conception cartésienne du temps ?

Nous chercherons à montrer que la conception spinozienne sur ce point ne s’oppose pas à celle de Descartes, mais vise à l’expliciter. L’idée d’un atomisme temporel cartésien, soutenue par de nombreux commentateurs depuis Wahl et Viguier, est, comme on le sait par les travaux de Laporte et de Beyssade, une thèse interprétative contestable. Rien sous la plume de Spinoza ne témoigne que la pensée cartésienne soit ainsi interprétée, et moins encore visée ou critiquée. Bien au contraire, en conclusion des deux réfutations originales qu’il propose, Spinoza renvoie son lecteur aux textes cartésiens traitant de l’Achille. L’argumentation spinozienne met en œuvre, à propos des rapports entre les quantités de matière et les vitesses de déplacement, un raisonnement qui n’est explicite chez Descartes que dans les dimensions spatiales. Il revient ainsi à Spinoza de rendre explicite la dimension temporelle du problème.

Il s’agit ainsi de conclure sur Descartes, Spinoza et la divisibilité du temps ; puis de montrer que le travail spinozien revient pour l’essentiel à donner aux thèses cartésiennes l’allure de propositions réciproques, et, partant, à en montrer le caractère réellement systématique. Une ouverture vers l’Éthique, notamment à propos de la doctrine du conatus (PPC2P17 et 3Def.3), sera évoquée en fin d’analyse.

Calendrier prévisionnel des séances 2021-2022

Pour 2021-2022, six séances sont prévues. Elles se tiendront dans la salle 1 de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (12 place du Panthéon 75005 Paris), et pourront également être suivies à distance.

  • 16 octobre 2021 : Frédéric de Buzon (Strasbourg) « Spinoza et Descartes : sur la seconde partie des Principia philosophiae cartesianae« .
  • 20 novembre : Marwan Rashed (Sorbonne U.), « Les vérités de Θ 10. Quelques remarques sur un chapitre célèbre de la Métaphysique« .
  • 22 janvier 2022 : Claude Imbert (ENS), « Retour sur le galiléisme philosophique et son héritage: questions pour aujourd’hui ».
  • 19 mars : Renaud Barbaras (Paris I), « L’origine de l’apparaître ».
  • 21 mai : Charles Larmore (Brown U.), « La vieille querelle entre poésie et philosophie ».
  • 18 juin : Autour du travail de Francis Wolff (ENS)

Dernières publications (sept. 2021)

Derniers Bulletins parus  :

« Religion, politique et idéologie. Un regard de philosophie des sciences sociales » (Bruno Karsenti), n° 2020 114 2.

« Avant l’épistémologie. La quête prémoderne du savoir parfait (Robert Pasnau), n° 2020 114 1.

 

Revue de métaphysique et de morale derniers numéros parus :

Salomon Maimon 2021/1 (N° 109)
Varia 2021/2 (N° 110)
Léon Brunschvicg 2021/3 (N° 111)

n°2020 114 2Religion, politique et idéologie. Un regard de philosophie des sciences sociales

Séance du 3 octobre 2020
Exposé : Bruno Karsenti
Discussion : Ali Benmakhlouf, Philippe Casadebaig, Sylvie Coirault-Neuburger, Christian Godin, Laurent Jaffro, Denis Kambouchner, Catherine Kintzler, Emmanuel Picavet.
Voir résumé et photos à la rubrique Conférences.
Édité par Vrin.

n°2020 114 1Avant l’épistémologie. La quête prémoderne du savoir parfait

Séance du 18 janvier 2020
Exposé : Robert Pasnau
Discussion : Joël Biard, Geneviève Brykman, Christophe Calame, Philippe Casadebaig, Alain Chauve, Laurent Jaffro, Denis Kambouchner, Catherine Kintzler, Jean-Michel Muglioni, Emmanuel Picavet, Joël Wilfert.
Voir résumé et photos à la rubrique Conférences.
Édité par Vrin.

Rectificatif au PV de l’AG du 3 octobre 2020

Rectificatif du 21 juillet 2021 au PV de l’Assemblée générale du 3 octobre 2020

L’Assemblée générale extraordinaire du 3 octobre 2020 a procédé à l’élection de deux membres du Conseil d’administration afin de pourvoir deux sièges vacants jusqu’à l’expiration du mandat du CA en 2022. Consigné ensuite dans le rapport de l’AG (mis au téléchargement sur notre site le 19 décembre 2020), le résultat de ce scrutin intermédiaire fait état d’un vote unanime en faveur des deux candidats. Un sociétaire ayant participé au scrutin nous signale par courriel le 17 juillet 2021 que l’un des deux candidats avait recueilli l’unanimité moins une voix.

Le bureau présente à l’ensemble des adhérents de la SFP ses plus sincères excuses pour cette malencontreuse erreur.

Le bureau, réuni le 21 juillet 2021

L’universel en langues (par Souleymane Bachir Diagne)

Conférence du 22 mai 2021

L’universel en langues,
par Souleymane Bachir Diagne, professeur, Columbia University New York,
directeur Institute of African Studies  – conférence initialement programmée le 20 mars 2020

En visioconférence depuis New York

Je soutiendrai la thèse que l’universel parle en langues et qu’il s’identifie au (multi)latéralisme. Pour cela, j’examinerai l’actuelle querelle de ce que l’on appelle le postcolonial dont l’enjeu est justement la question de l’universel. Transformer la querelle en discussion « philosophique » cela veut dire d’abord clarifier les termes qui entrent dans le débat. Je partirai donc d’une définition du monde (et du moment) postcolonial comme celui du pluriel irréductible des langues et des cultures toutes équivalentes, et qui n’a donc pas de centre. Je présenterai alors la réponse, que je dirai « conservatrice », à cet état de choses, qui consiste à penser qu’un tel monde risque alors de perdre l’universel comme on perd le Nord. Que « l’esprit de Bandung » (du nom de la conférence des décolonisations de 1955), tournant le dos à « l’esprit absolu », est pur et simple refus de l’universel par des revendications particularistes. Contre cette réponse, je soutiendrai celle qui dit, au contraire, que « l’esprit de Bandung » est aujourd’hui la promesse d’un « universel vraiment universel » (Immanuel Wallerstein). En rappelant tout d’abord que les auteurs classiques qui ont défini notre moment postcolonial l’ont fait en déclarant que l’universel devait être repensé, et non pas ignoré. Qu’Aimé Césaire ou Léopold Sédar Senghor, par exemple, ont compris la tâche de notre temps comme celle d’édification de « la civilisation de l’universel ». Je montrerai que le concept que l’on doit à Maurice Merleau-Ponty, que je n’hésiterai pas alors à considérer comme un auteur « postcolonial » de ce point de vue, celui d’universel latéral, indique la nature de la tâche, celle de forger ensemble un universel qui parle en langues, qui est donc (multi)latéral. Car c’est celui qui advient dans la rencontre en traduction de parties situées sur un même plan et qui négocient, argumentent, s’entendent, ne se comprennent pas, s’accordent… Avec la visée d’un commun, vers une « civilisation nouvelle, plus civilisée, parce que plus totale et sociale. » (Senghor)

D’un sensible l’autre. Sur la signification métaphysique des sensibles (par Jocelyn Benoist)

Conférence du 20 mars 2021 par Jocelyn Benoist (professeur université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

D’un sensible l’autre. Sur la signification métaphysique des sensibles

On partira d’une représentation qui, sous diverses formes, a dominé une part importante de la philosophie du XXe siècle : celle de « la fin des arrière-mondes ». On essaiera de comprendre comment la récession du désir d’évasion en direction de quelque chose qui serait désigné comme suprasensible n’a pas reconduit la philosophie contemporaine, tant s’en faut, vers une prise en compte du sensible comme tel. La philosophie contemporaine, dans l’ensemble, certes, ne raisonne plus en termes d’opposition entre un sensible et un suprasensible et ne se donne plus comme tâche prioritaire le passage de l’un à l’autre, mais on peut avoir l’impression que, en perdant le sens du suprasensible, elle a perdu celui du sensible aussi.
Pour essayer d’en comprendre les raisons, on reviendra sur la fameuse fable nietzschéenne du Crépuscule des idoles et on proposera diverses interprétations de la fin du « platonisme » que, apparemment, il faudrait diagnostiquer à sa lumière. On discutera si cette fin, ainsi que ceux qui l’ont thématisée ont pu parfois le croire, doit être interprétée comme un retournement ou comme un renversement, ou bien si ce motif n’offre pas d’autres possibilités : si sortir du platonisme ne consiste pas en autre chose que le renverser.
La représentation d’une telle sortie n’est cependant possible que si l’on parvient à la juste appréhension de ce dont on serait censé sortir ou être déjà sorti. On rouvrira donc la question de la constitution platonisante du rapport métaphysique au sensible – ce qui conduira aussi bien à faire réentendre l’ambiguïté et la tension inhérentes à la notion de métaphysique, quelque peu étouffées aujourd’hui. Plutôt que d’y voir une pure et simple occultation du sensible, on y reconnaîtra une façon de prendre en charge la réalité du sensible et, en fait, l’invention même de ce sensible comme tel. On mettra en lumière, à cet égard, un double mouvement : comment la métaphorisation métaphysique du sensible est indissociable de sa constitution en genre unifié par le moyen d’une synecdoque. À partir de là, on pourra réfléchir sur les différentes façons dont le sensible, plutôt que de voir sa réalité s’effacer avec la métaphore métaphysique qui l’avait produit au profit d’une « métaphysique sans métaphore », ce rêve constitutif de la philosophie moderne, peut aujourd’hui être remis en jeu dans sa diversité, en déplaçant les leviers mêmes actionnés par le platonisme pour le constituer.

Sur la réforme du CAPES 2021

La Société française de philosophie a fait état de ses inquiétudes dès 2019 au sujet du projet de réforme du CAPES (voir le communiqué de 2019).

Le 29 janvier 2021 a été publié au Journal officiel le texte de l’arrêté du 25 janvier 2021 réformant le CAPES. Se joignant à de nombreuses associations de professeurs et à de nombreuses sociétés savantes, la Société française de philosophie a signé le texte ci-dessous.

Texte de la Conférence des Associations de professeurs spécialistes sur la réforme du CAPES
février 2021

Cette tribune est également publiée sur le site du Journal du Dimanche – JDD (12 février 2021.)

Le ministère de l’Éducation nationale vient de publier un arrêté1 réformant, pour la troisième fois en une dizaine d’années, le recrutement et la formation des professeurs de collèges et lycées. S’il est bien des constats communs à tous les formateurs dans nombre de matières, c’est l’actuelle faiblesse de beaucoup de candidats dans les connaissances académiques et la perte d’attractivité des métiers d’enseignement. Cette réforme y répond-elle ? Assurément pas. Les universités et les instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (Inspe), en charge de la formation des futurs enseignants et de la préparation des concours des CAPES et CAPET, sont sommés d’improviser des maquettes applicables dès la rentrée de septembre 2021. Cette précipitation reflète un constat lourd de conséquences : celui du refus ministériel de discuter sereinement d’une réforme majeure pour l’avenir de la jeunesse et du système éducatif, donc pour la société tout entière.

Deux nouveautés sont particulièrement inquiétantes, dans les épreuves des CAPES et CAPET et dans l’organisation des deux années de master MEEF qui préparent à ce concours. Une épreuve orale à fort coefficient consistera désormais en un entretien de motivation non disciplinaire, qui aboutira sans doute à la récitation mécanique et creuse d’une leçon de morale civique, réduisant d’autant la possibilité d’évaluer les connaissances que le futur professeur devra transmettre à ses élèves, et ce dans l’ensemble des disciplines qu’il devra enseigner. Par ailleurs, dans la nouvelle organisation du master, les étudiants devront, au cours de la deuxième année, cumuler la préparation du concours, la rédaction d’un mémoire de recherche, et un stage très lourd devant plusieurs classes, alors que jusqu’à présent ce stage s’effectuait une fois le concours obtenu, laissant à l’enseignant en formation le temps et la disponibilité pour apprendre véritablement le métier. Cela offrirait au ministère de gros bataillons de stagiaires scandaleusement sous-payés – peut-être est-ce là la vraie raison, purement comptable, de cette réforme – mais mettrait devant les élèves des enseignants dont le niveau disciplinaire n’aurait pas encore été évalué, et dont la charge de travail rendrait impossible l’investissement nécessaire dans la préparation des cours et l’apprentissage du difficile métier d’enseignant. Les premières victimes en seraient les élèves et les jeunes enseignants, sacrifiés sur l’autel de la rigueur budgétaire.

Ne nous y trompons pas : ces changements, qui peuvent apparaître techniques, mineront en profondeur la qualité de l’enseignement qui sera offert aux futures générations. Les professeurs n’exercent pas un métier comme les autres : ils forment les adultes et les citoyens de demain. Ils sont porteurs d’un savoir qu’ils transmettent à leurs élèves, souvent avec passion, et ce savoir doit plus que jamais être défendu comme une valeur centrale de l’enseignement, à l’heure où il est menacé de toutes parts par des « vérités alternatives » portées par des groupes et des individus prêts à les imposer par la violence et même le crime. Ce savoir ne s’oppose pas à l’apprentissage de la didactique, mais est au contraire le socle indispensable d’une pédagogie solide qui permet au professeur de transmettre les connaissances et de former à l’esprit critique les futurs citoyens. Affaiblir le premier au prétexte de renforcer le second, au nom d’une professionnalisation mal pensée, prétexte depuis si longtemps à tous les mauvais coups portés à la formation des enseignants, est une absurdité qui ne conduira qu’à affaiblir cet équilibre nécessaire.

Quels professeurs voulons-nous pour les générations de demain ? Des techniciens de l’enseignement, formés et évalués suivant un système de compétences transdisciplinaires qui tendent à se substituer aux contenus et méthodes de nos disciplines, immédiatement employables et à qui l’on demandera simplement de restituer un savoir officiel, dûment contrôlé ? Ou des professeurs maîtrisant pleinement leurs savoirs et capables à partir de là de construire une pédagogie adaptée à leurs élèves ? En amputant drastiquement la part de contrôle des connaissances dans les épreuves du CAPES et du CAPET, en réduisant la formation disciplinaire des futurs enseignants, en sacrifiant leur année de stage pour faire des économies budgétaires, le ministère a fait un choix lourd de conséquences, qui n’a pas fait l’objet d’un débat public contradictoire. L’enjeu est aussi celui de l’attractivité du métier d’enseignant pour les étudiants, du rôle de l’Université dans la formation des maîtres et celui de la revalorisation symbolique et matérielle des professeurs. Recruter au rabais, qu’est-ce promettre à la jeunesse ?

C’est pourquoi nous demandons que cette réforme mal préparée soit reportée et qu’une nouvelle version des arrêtés soit précédée d’une authentique concertation avec tous les acteurs du secteur éducatif, et non imposée à la va-vite dans le contexte de crise sanitaire actuel.

Signataires :

Association des Formateurs des Professeurs de SVT (AFPSVT)
Association Française d’Etudes Américaines
Association française de sociologie (AFS)
Association des germanistes de l’enseignement supérieur (AGES)
Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR)
Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF)
Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’art des Universités (APAHAU)
Association des professeurs de biologie et de géologie (APBG)
Association des professeurs d’éducation musicale (APEMU)
Association des professeurs d’histoire et de géographie (APHG)
Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur (APLAES)
Association des professeurs de langues vivantes (APLV)
Association des professeurs de lettres (APL)
Association des professeurs de mathématiques de l’Enseignement public (APMEP)
Association des professeurs de philosophie de l’Enseignement public (APPEP)
Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES)
Association des professeurs de sciences médico-sociales (APSMS)
Comité National Français de Géographie (CNFG)
Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes (CNARELA)
Sauver les Lettres
Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES)
Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
Société française d’études irlandaises (SOFEIR)
Société Française des Microscopies (SfM)
Société française de philosophie
Société Française de Physique (SFP)
Société Française de Statistique (SFdS)
Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP)
Société des langues néolatines (SLNL)
Société Mathématique de France
Société des professeurs d’histoire ancienne de l’université (SoPHAU)
Union des professeurs de Physiologie, Biochimie et Microbiologie (UPBM)
Union des professeurs de physique chimie (UdPPC)

Télécharger le texte en pdf.

1 – Arrêté du 25 janvier 2021 publié au Journal officiel du 29 janvier : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043075486

Des œuvres et des discours : portrait de l’artiste en chercheur (par Carole Talon-Hugon)

Conférence du 16 janvier 2021 par Carole Talon-Hugon (professeur, Université Paris-Est Créteil) :

« Des œuvres et des discours : portrait de l’artiste en chercheur« 

Dans Le Mot peint (1975), l’écrivain Tom Wolfe imaginait ironiquement le moment où les musées n’exposeraient plus les œuvres des peintres Jackson Pollock, Willem De Kooning ou Jasper Johns accompagnées de petits cartels portant des commentaires des critiques Clement Greenberg, Harold Rosenberg ou Leo Steinberg, mais accrocheraient sur leurs murs les reproductions agrandies de ces mêmes textes accompagnées de petits cartels où figureraient les reproductions des œuvres commentées. De fait, la chose s’est réalisée : l’artiste John Baldessari a effectivement exposé une toile intitulée Clement Greenberg (1967-68), qui ne consiste en rien d’autre qu’en la reproduction d’un texte du critique, réalisant par là la superposition parfaite de l’œuvre et du texte.

C’était là une étape dans un processus continu d’intellectualisation de l’art dont il s’agira ici d’identifier les divers moments saillants et les formes spécifiques, depuis les premiers textes théoriques sur les arts du dessin à la Renaissance jusqu’à la posture contemporaine de l’artiste en chercheur de sciences sociales, en passant par les Conférences de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, le temps des Manifestes et celui des « théories persuasives » de la Modernité tardive. Il s’agira plus particulièrement d’étudier ce qui a rendu possible les formes les plus contemporaines de cette prolifération discursive, en montrant qu’elles sont nées de la convergence de deux phénomènes distincts qui, au cours du XXe siècle, ont affecté la sphère artistique d’une part, et la sphère académique de l’autre. Le premier est la désartification de l’art ; le second, la dé-régulation des sciences humaines.

Séance en visioconférence.

n°2019 113 4Quelle place pour les données dans le raisonnement scientifique ?

Séance du 16 novembre 2019
Exposé : Anouk Barberousse
Discussion : Georges Chapouthier, Laurent Jaffro, Denis Kambouchner, Catherine Kintzler, Jean-Louis Masnou, Claude Maury, Emmanuel Picavet, Sophie Roux.
Voir résumé et photo à la rubrique Conférences.
Édité par Vrin.

n°2019 113 3Matérialisme et métaphysique : Diderot, Maupertuis, Dom Deschamps

Séance du 25 mai 2019
Exposé : Annie Ibrahim
Discussion : Jean-Charles Augendre, Christophe Calame, Sylvie Coirault-Neuburger, Patrice Henriot, Laurent Jaffro, Denis Kambouchner, Eléonore Le Jallé, Jacques Nadal, Alexis Tétreault.
Voir résumé et photo à la rubrique Conférences.

Hommages à Didier Deleule (1re partie de la séance)
Anne Baudart, Bernard Bourgeois, Laurent Jaffro, Catherine Kintzler, Eléonore Le Jallé, Emmanuel Picavet.

Edité par Vrin.

Dernières publications

Derniers Bulletins parus  :

« Quelle place pour les données dans le raisonnement scientifique ? » (Anouk Barberousse) n° 2019 113 4.

« Matérialisme et métaphysique : Diderot, Maupertuis, Dom Deschamps » (Annie Ibrahim)
« Hommages à Didier Deleule » n° 2019 113 3.

« Le monde sans nous. Réflexions sur le réalisme des Modernes » (Philippe Hamou) n° 2019 113 2.

« Le monde : norme ou donné? » (Michaël Fœssel) n° 2019 113 1.

 

Revue de métaphysique et de morale dernier numéro paru :

« Charles Taylor » 2020/4 – 108

 

 

Jean-Marc Gabaude (par Anne Baudart)

[Texte lu à l’ouverture de la séance du 3 octobre 2020]

Jean-Marc Gabaude, notre collègue et ami, nous a quittés le 22 juillet 2020 à l’âge de 92 ans. Les épreuves de santé subies par lui au cours des dernières années ont mis au jour un courage d’exception et une volonté de ne pas se laisser vaincre par elles.

En juillet 2019, le philosophe faisait parvenir à ses amis un fascicule de 73 pages de type testamentaire : Philosophie grecque, moments historiques, aux Éditions universitaires du Sud. Il y livrait, en condensé, les axes de sa philosophie et de son existence de philosophe. Rendant un vif et long hommage au « moment socratique », il aimait convoquer un de ses deux maîtres1, Évanghelos Moutsopoulos et sa philosophie de la kairicité. « N’est-il pas beau et bon de clore son exister par une ouverture kairique ? Mort kairique, en kairô. Tel sera notre explicit2 ». Socrate en représentait à coup sûr une figure exemplaire. Le kairos, ce moment crucial, fugace, original et unique, investi de passé et d’avenir ne doit pas être manqué. Jean-Marc Gabaude s’est exercé, au long des jours, à l’accomplissement réussi de ce moment, dans ses diverses occurrences, dont l’ultime.

Dans ses ultima verba, justement, notre collègue et ami professe un art de vivre « stoïco-épicurien », rendant une sorte de culte à ce qui seul vaut, le présent, offrande gratuite de la Nature, quelle qu’en soit la teneur, heureuse ou non. La notion de Dieu lui semble « vide de sens », mais il respecte et ne combat pas ceux qui s’y réfèrent authentiquement. Les deux valeurs primordiales, à ses yeux, philia kai agapê, ont été actualisées par lui, continûment, dans l’existence comme dans les travaux universitaires, ou les responsabilités institutionnelles qui furent siennes. Professeur à l’Université de Toulouse, doyen de la faculté de philosophie de cette même université, il fut aussi président de la Société toulousaine de philosophie et ne négligea pas ce qui touche à la scolarisation et aux recherches et pratiques éducatives. On lui doit, par exemple, Philosophie de la scolarisation, des années 1880 aux années 19803.

Il laisse de nombreuses œuvres comme Le jeune Marx et le matérialisme antique (1970), Jean Jaurès philosophe (2000), Pour la philosophie grecque (2005), qui lui valut une distinction de l’Académie des sciences morales et politiques, le prix Victor Cousin. Un demi-siècle de philosophie en langue française (1937-1990), retraçant l’historique de l’Association des philosophies de langue française (A.S.P.L.F.) pour l’Université de Laval, lui valut également une distinction de la même Académie, le prix Claude Berthault en 1992. La liste de ses ouvrages est loin d’être exhaustive. Elle se veut soulignement de traits porteurs d’une ouverture d’esprit et d’une curiosité historienne féconde et rigoureuse. Le philosophe acceptera, en1987, sur les instances du président canadien Venant Cauchy (1980-1988), de devenir l’historiographe de l’A.S.P.L.F., lors du Colloque commémorant le cinquantenaire de l’Association à Paris, à la Sorbonne.

En effet, dès 1937, date du IXe Congrès international dédié à Descartes, l’idée germa, sur les instances de Léon Brunschvicg – président de la Société française de philosophie, et de son secrétaire général, de 1901 à 1937, André Lalande, puis de son successeur, Charles Serrus -, de regrouper la dizaine de sociétés de philosophie dispersées dans le monde en une Association internationale qui deviendra l’A.S.P.L.F. Un « Comité permanent de liaison des sociétés françaises de philosophie » se forma en août 1937. Gaston Berger fut sollicité pour en devenir le premier président (1937-1960).

Jean-Marc Gabaude, dans la lignée de ces fondateurs, continuera de diffuser leur esprit en se faisant l’artisan vivant du « lien d’amitié », socle originel de l’Association. Il aime à rappeler combien « Gaston Berger et ses amis ont voulu créer et maintenir un climat fraternel de compréhension et de « réciprocité des consciences », à travers le pluralisme souhaité des tendances, des options, des méthodes4 ». Il souligne les vertus de « l’éthique pédagogique » inhérente à l’institutionnalisation minimale des premières Sociétés de philosophie de langue française.

Lors du XIIIe Congrès de 1966, à Genève, le président Fernand Brunner (1969-1980) valorise cet axe éthique dont Jean-Marc Gabaude fait une pièce maîtresse du présent et de l’avenir de l’ASPLF :

« Notre Association n’a eu, jusqu’ici, aucune réalité en soi ni aucun caractère officiel […]. Elle est le lien d’amitié qui rattache les sociétés de philosophie de langue française les unes aux autres, lien que chaque société à tour de rôle, rend manifeste en organisant un congrès dont elle prend la responsabilité intellectuelle et matérielle.

Telle est l’Association que Gaston Berger a voulu fonder sur la confiance plutôt que sur les procédures juridiques et financières, l’Association que Georges Bastide a conservée ensuite diligemment5…».

Les Congrès organisés par les diverses Sociétés de philosophie de langue française attestent encore de nos jours ce « lien d’amitié » vécu dans la rencontre et le dialogue de philosophes d’horizons différents. Jean-Marc Gabaude, historiographe « perpétuel » de l’A.S.P.L.F., comme il aimait à se définir, s’est voulu le passeur inlassable de l’esprit des fondateurs du début du siècle dernier. Il est à ce titre, un des piliers vivants de nos institutions et de leurs manifestations intellectuelles.

Notes

1 L’autre, Georges Bastide, président de l’ASPLF de 1960 à 1969, qui avait lui-même écrit Le moment historique de Socrate, Paris, Alcan, 1939, fut professeur à l’Université de Toulouse et le directeur de thèse de Jean-Marc Gabaude : Liberté et raison : la liberté cartésienne et sa réfraction chez Spinoza et Leibniz (1970-1974).

2 Jean-Marc Gabaude, Philosophie grecque, Moments historiques, Éditions universitaires du Sud, 2019, p.30.

3 Jean-Marc Gabaude, Philosophie de la scolarisation, des années 1880 aux années 1980, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, Coll. « Amphi 7 », diffusion : Éditions universitaires du Sud.

4 Jean-Marc Gabaude, Philosopher en langue française (1900-2012), historique de l’Association internationale des Sociétés de Philosophie de Langue française (ASPLF), Éditions universitaires du Sud, 2012. L’ouvrage complète la première édition parue en 1990, Un demi-siècle de philosophie en langue française (1937-1990).

5 Ibid, p. 161-162.